Adam et Ève : plus qu’une allégorie symbolique

L’histoire d’Adam et Ève au Jardin d’Éden est souvent l’objet de railleries cyniques de la part des athées & agnostiques. Ceux-ci feraient bien de reconsidérer leurs idées pré-conçues.

La génétique

Les darwinistes disent souvent que « c’est impossible que tous les humains descendent d’Adam et d’Ève uniquement car si c’était le cas nous aurions tous des malformations physiques. » Cette affirmation typique témoigne surtout de leur méconnaissance de la génétique de base. Génétiquement, il n’est pas impossible qu’un groupe restreint d’être humains soient les ancêtres de tous ceux ayant peuplé la terre [1].

Aujourd’hui, nous observons une accumulation constante du nombre de gênes défectueux autant dans les populations humaines qu’animales. En d’autres mots, l’accumulation des mutations — c’est à dire petites altérations du génome (code ADN) lorsqu’il est copié pendant la fécondation — font en sorte que nous allons génétiquement en qualité décroissante. Pour faire une analogie, un document photocopié n’est jamais aussi beau que l’original. Si on photocopiait un document en chaine un million de fois, le résultat final serait épouvantable en comparaison à l’original.

Ceci est justement compatible avec la narration biblique de l’histoire. Originalement, la Création était « très bonne » (Genèse 1:31), mais à cause de la désobéissance de l’être humain, Dieu a cessé de bénir l’humanité, enclenchant les problèmes génétiques que nous connaissons depuis la Chute (Genèse 3:6). Cela veut dire qu’Adam et Ève n’avaient pas les erreurs génétiques accumulées que nous avons aujourd’hui. Leurs génomes étaient flambant neufs, parfaits, mais au fur et à mesure que les gênes ont été transmis d’une génération à l’autre, le processus de copiage, désormais imparfait, a résulté dans des maladies héréditaires.

Par l’époque de Moïse (plus de 2000 ans après la Création), les erreurs dégénératrices ont atteint un point où il n’est pas surprenant que Dieu ait interdit le mariage entre les enfants de même parents (Lévitique 18:9) et entre demi-frères et demi-sœurs (Deutéronome 27:22). Le bassin génétique d’une famille était devenus trop « contaminé », on ne pouvait plus risquer les mariages consanguins.

Cela n’est qu’une courte explication, pour plus de documentation à ce sujet, ces liens sont un bon point de départ :

Les animaux féroces

Les évolutionnistes disent souvent que « c’est impossible qu’un lion et une brebis aient cohabités paisiblement dans le Jardin d’Éden. Logiquement, le lion aurait dévoré la brebis car il est carnivore. »

Tous les prédateurs terrestres de la planète sont en fait des omnivores, se nourrissant de viande ainsi que de plantes. Les ours se nourrissent en grande partie de baies sauvages, les herbes font partie du menu des grands félins, et même les canidés sont capables de vivre sur une diète d’herbe. Même les Tyrannosaures étaient omnivores : l’analyse de leurs gigantesques dents a révélé qu’elles sont incrustées de chlorophylle, la substance présente dans les plantes.

Additionnellement, il y a plusieurs cas où des carnivores féroces ont cohabité étroitement avec des herbivores dociles, allant même jusqu’à protéger amoureusement leurs proies potentielles !

Dans un zoo en Californie, une maman tigre a accouchée de  triplets. Suite à des complications pendant la gestation, les bébés tigres sont nés prématurément et à cause de leur petite taille, ils sont morts peu de temps après leur naissance. La santé de la mère tigre attristée a promptement commencée à décliner et les vétérinaires ont diagnostiqués une dépression causée la perte de sa portée. Les vétérinaires ont dit que si elle pourrait emprunter les petits d’une autre tigresse, sa santé s’améliorerait. Après avoir vérifié dans plusieurs zoos du pays, la mauvaise nouvelle fut qu’il n’y avait à cette heure là pas de bébés tigres du bon âge qui pourraient être introduits à la mère en deuil. Les vétérinaires ont décidés d’essayer quelque chose de spécial mais risqué à première vue : les seuls orphelins disponibles rapidement étaient une portée de cochonnets… plutôt que de devenir des morceaux de jambons, ils sont devenus des enfants adoptifs.

Considérez également ces histoires comparables en Thaïlande, en Inde, au Kenya, au Botswana, en Angleterre, et à Cuba. Clairement, le scepticisme face à cette partie du récit de la Création est totalement infondé.

La dispersion des espèces après le Déluge

Les évolutionnistes disent que « c’est impossible que les humains et les animaux aient eu le temps de repeupler la terre entière suite au Déluge global d’il y a à peine 4300 ans. » Mais mathématiquement parlant, c’est tout à fait possible. Peu après que l’humanité pré-diluvienne a péri, la famille de Noé et leurs descendants ont recommencés à se reproduire et à s’éparpiller à partir de la Mésopotamie et du Caucase.

Actuellement, la population humaine connaît une croissance constante de plus d’un pour cent l’an. S’il faut prendre en compte les épidémies, les famines et les guerres, adoptons le chiffre plus modeste de 0.5 pour cent l’an. À ce taux, il ne faut à huit personnes que 4000 à 5000 ans pour atteindre le chiffre de la population mondiale actuelle. [2] Nous pouvons affirmer avec confiance que le taux de croissance des la populations anciennes était supérieur à celui qu’on observe d’aujourd’hui dans les pays sécularisés : même si le taux de mortalité infantile, la vulnérabilité aux endémies et l’espérance de vie étaient en général moins bonnes qu’aujourd’hui, n’oublions pas qu’autrefois il n’y avait pratiquement ni contraception ni avortement.

Cette carte illustre la dispersion de l’humanité après le Déluge et la tour de Babel (cliquez pour agrandir) :

Les liens suivants expliquent plus en profondeur les grands mouvements de migration post-diluviens :

Plus précisément, pour ce qui est de la dispersion des animaux :

Références bibliographiques

[1] Carl WIELAND, Os et Roches, Acacia Ridge (Australie), Creation Science Foundation, 1994, 40 pages.

[2] Carl WIELAND, opere citato.

Publicités

A propos Tribonien Bracton

Chrétien. Réformé baptiste. Canadien français. Historien. Juriste.
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Adam et Ève : plus qu’une allégorie symbolique

  1. Durandal dit :

    In my Causes for the Biogeographic Distribution of Land Vertebrates After the Flood (Proceedings of the 2nd International Conference on Creationism, 1990, Vol. II, pp. 361-370), I explain why the animals on different continents are so different from each other if they originated from one point (Noah’s Ark in the mountains of Ararat).

    The interior regions of the continents were very cold for some time after the Flood, due to blockage of sunlight by volcanic aerosols released during the Flood, and animals did not freely spread in all directions upon their release from the Ark, but were shunted across narrow bands of land warm enough to support life. This ultimately caused very different animals to end up on different continents.

    The postdiluvian peoples, after their post-Babel dispersion, probably introduced different animals to different continents (such as the Australian marsupials, South American mammals, and Madagascaran primates). I point out that South America, Australia, and the island of Madagascar are all in a direct line of maritime routes emanating from the Middle East, and hence are natural stopping points for the postdiluvian peoples.

    Flightless birds on islands possibly resulted through microevolution (or, better, variation) from birds which had flown there. I present evidence that this can happen in a short time. Also because of this, we need not suppose that God created birds with useless wings.

    John WOODMORAPPE, Institute for Creation Research, 1er avril 1993
    http://www.icr.org/article/studies-creationism-flood-geology/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s